Communiqué de presse 6 décembre

Posté par cfdt, le 6 décembre 2019

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

La CFDT réclame des clarifications et des engagements

Le gouvernement continue à pénaliser les usagers. Aujourd’hui, les taux de la mobilisation à la SNCF restent très élevés. Avec plus de 87 % de grévistes chez les conducteurs, 80 % chez les contrôleurs et 45 % chez les aiguilleurs, les taux demeurent très importants. La mobilisation de l’encadrement reste également très significative, signe de la profondeur des inquiétudes des cheminotes et des cheminots.

Le gouvernement s’entête dans sa stratégie de confrontation. Il a tort. En refusant de donner des réponses claires, en jouant la division entre les citoyens et laissant la cacophonie s’installer comme seul mode de communication, le gouvernement attise les mécontentements. Les seules annonces du gouvernement concernent le calendrier. En fixant en début de semaine prochaine une intervention de Jean-Paul Delevoye et en renvoyant les arbitrages du Premier ministre à plusieurs jours après, le gouvernement a clairement pour but de faire durer le conflit. La stratégie du conflit est celle du gouvernement. 

Les usagers, les citoyens et l’économie en pâtissent. La responsabilité incombe au seul gouvernement. La direction de la SNCF reste étrangement absente et n’avance pas d’éléments permettant de montrer l’engagement de l’entreprise dans la résolution du conflit. Il est temps, là aussi, que ceux qui sont en capacité de décider apportent des réponses aux cheminots et donnent des perspectives fondées sur des engagements et du tangible. La confusion doit cesser. Les réponses attendues doivent se faire sur la base de vérités. Pour la CFDT, la confusion entretenue par le gouvernement nourrit les fausses informations et les approximations qui fleurissent. Qu’il s’agisse des simulateurs qui servent des calculs sur la base d’éléments qui ne sont pas connus, d’affirmation sur l’égalité entre femmes et hommes ou de défense du régime actuel, les erreurs sont nombreuses. Ainsi, il n’est pas exact d’affirmer que la CFDT soutiendrait la réforme du gouvernement. D’ailleurs, ce projet reste largement indéterminé à ce jour. En revanche, la CFDT défend sans ambiguïté une réforme universelle du système de retraites qui soit facteur de justice : la CFDT a depuis longtemps posé ses revendications et ses lignes rouges à ce sujet, notamment dans le cadre des concertations avec le gouvernement. Ceux qui combattent l’idée de toute réforme universelle omettent de dire les nombreuses injustices du système actuel, en particulier à l’égard des femmes, des salariés les moins bien rémunérés, des salariés qui ont eu des carrières hachées ou qui ont été affiliés successivement à plusieurs systèmes de retraites. 

Il est fallacieux de pointer une prétendue contradiction entre la défense d’un système de retraite universel plus juste et l’exigence d’une garantie de continuité des droits des salariés affiliés au régime spécial, conformément aux engagements pris par le gouvernement dans la loi Nouveau pacte ferroviaire de 2018. Cela revient à opposer le projet de régime universel et la transition vers ce régime universel. La CFDT défend une réforme qui vise la cohésion du système, pas une réforme punitive des uns au bénéfice des autres ni une réforme d’austérité budgétaire. La façon dont le gouvernement choisira de mener une telle réforme est clairement, pour la CFDT, un enjeu de cohésion nationale.

En l’absence des indispensables engagements attendus du gouvernement, la CFDT Cheminots appelle à la poursuite de la mobilisation !

Je télécharge le communiqué de presse en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss