Dans vos régions
map

Trouvez un correspondant CFDT dans votre région :
Cliquez-ici

Troisième mobilisation unitaire

Posté par cfdt, le 11 avril 2018

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Contre un projet néfaste pour les cheminots et pour le ferroviaire

Tous en grève dès le 12 avril

Après une longue série stérile de concertations avec le gouvernement, nous arrivons à la troisième vague de grèves nationales. Sans aucune proposition concrète de la part de l’État et avec des amendements CFDT qui ne sont pas pris en compte, la mobilisation des cheminots est plus que nécessaire.

Depuis la publication du rapport Spinetta et jusqu’à présent, les discussions avec le gouvernement n’ont pas permis d’engager de réelles négociations et d’aboutir à un projet de loi fiable, concerté et qui réponde aux attentes des cheminots. La nécessité de réformer le système et la SNCF est un constat partagé par la CFDT dès lors que l’objectif est l’amélioration. C’est pour cela que la CFDT fait des propositions et ne peut pas se contenter d’un projet sans fond et sans sens.

Des annonces qui mettent les cheminots en colère

Selon le peu d’informations données par le gouvernement, la SNCF serait obligée de prendre en charge à elle seule une dette qui n’est pas la sienne et surtout pas celle des cheminots. Comment se fait-il qu’aujourd’hui même, alors que le statut des agents est remis en question soi-disant pour réduire les coûts, la SNCF décide d’acheter environ 100 rames de TGV du futur ? Celle-ci n’est qu’une obligation imposée par l’État ; le même État qui depuis 20 ans fait de mauvais choix pour le ferroviaire, poussant la SNCF à s’endetter jusqu’à atteindre aujourd’hui les 55 milliards d’euros.

L’ouverture à la concurrence et le statut, deux notions différentes

Cette suppression du statut pour les nouveaux entrants aurait aussi le but de préparer la SNCF à l’ouverture à la concurrence. La CFDT a toujours dit son opposition à l’ouverture à la concurrence. Néanmoins, c’est un fait politique qui s’impose. La CFDT a donc présenté une vingtaine d’amendements qui traduisent une série de mesures protectrices pour les salariés. Leur prise en compte permettrait d’engager enfin une réelle négociation sur le devenir des cheminots. À titre d’exemple, la CFDT avait présenté un amendement afin d’assurer une péréquation entre les segments rentables et non rentables du réseau grande vitesse pour garantir un égal accès du territoire. Alors même que cet amendement était soutenu par des parlementaires du groupe majoritaire, le dispositif a été rejeté sans qu’aucune mesure équivalente soit proposée par le gouvernement.

Des décisions prises en catimini

C’est en pleine nuit et en la présence de seulement 90 députés que le gouvernement a fait voter un premier amendement actant la transformation du statut juridique de la SNCF en société anonyme, sans préciser les statuts de Mobilités et de Réseau. Un second amendement visant directement le statut des cheminots a également été adopté. Par ailleurs, la CFDT attend toujours des réponses de la part du gouvernement et de la majorité sur les autres amendements à caractère social pour renforcer les droits des salariés dans le cadre de l’ouverture à la concurrence. Ce vote est donc intervenu alors que la négociation sur le statut des cheminots et sur la structure de la SNCF venait à peine de commencer.

Des décisions gouvernementales et une communication de la SNCF visant à démotiver les cheminots

L’attitude incompréhensible du gouvernement interroge sur la loyauté des négociations. Elle n’apporte aucune assurance sur les inquiétudes des cheminots et aucun plan de travail pour les organisations syndicales. L’avenir incertain qui se dessine est clairement de nature à renforcer une mobilisation des cheminots déjà très forte. De son côté, la direction de la SNCF s’entête à maintenir ses mesures antigrèves. Le « nouveau pacte ferroviaire » se fait par des communicants dont les messages dogmatiques se cantonnent à pousser la SNCF vers une forme de privatisation.

La CFDT ne peut pas accepter que les insuffisances du gouvernement et celles des communicants de l’entreprise mettent à mal 80 années d’existence ! Nombreux sont les établissements qui refusent de prendre en compte les déclarations d’intention de participer à la grève des agents. À cette occasion, la CFDT rappelle leur caractère illégal et a adressé un courrier mettant en demeure la direction d’arrêter cette pratique et rétablir la vérité auprès des cheminots. La CFDT a également mandaté des huissiers pour constater la bonne prise en compte de ces déclarations légitimes. Les directeurs des établissements seront pénalement responsables des faits avérés et devront en assumer les conséquences devant les tribunaux.

Devant ce troisième préavis de grève, la détermination des cheminots à défendre leur contrat social ne doit pas diminuer.

Consultez le projet d’amendements de la CFDT en cliquant ici

La CFDT Cheminots et le Syndicat national FGAAC-CFDT appellent tous les cheminots à poursuivre la mobilisation en s’inscrivant dans le troisième préavis de grève de l’interfédérale CFDT-CGT-UNSA qui commencera jeudi 12 avril à 20 h 00 et durera jusqu’au dimanche 15 avril à 7 h 55.

Je télécharge le e-tract en cliquant ici


Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss