SUPPLY CHAIN, OÙ EN EST ON?

Posté par cfdt, le 1 juillet 2022

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

La CFDT Cheminots lors du vote en plénière en 2020 du CSE Zone de Production Sud Est s’est positionnée en faveur de la création de cette direction. Cette position l’engage à une vigilance toute particulière sur cette nouvelle organisation. C’est pour cette raison qu’une délégation CFDT a été reçue en audience par Michel Giordana, directeur de la supply chain, et Sébastien Rivoire DRH, pour faire un état des lieux de la situation mais également lui remonter ce qui ne va pas ou moins bien sur le terrain.

POURQUOI LA CFDT A VALIDÉ CE PROJET ? RAPPEL DES POSITIONS TENUES :

  • Nécessité d’améliorer le niveau de service client
  • Redonner la confiance aux établissements
  • Lutter contre les retards de livraison ou de pénurie de matières.
  • Un système informatique intégré, et une évolution indispensable de l’ERP
  • Le retour du transport par rail été abandonné au profit du tout par la route.
  • Un rôle déterminant à jouer dans la politique RSE du groupe public ferroviaire. (objectif de réduction de 20% de son empreinte carbone par l’optimisation de son schéma logistique et le réemploi des vieilles matières, lutte contre le gaspi de matières, réemploi, réutilisation
  • Un projet intégrant des objectifs de réinternalisation.
  • Un projet à effectifs constants
  • Une évolution vers des métiers plus attractifs ( création de plusieurs fiches emploi repères)

CE QUI NE MARCHE PAS OU PAS BIEN : LA CFDT CHEMINOTS A FAIT LA LISTE DES POINTS À AMÉLIORER :

• La création des Etablissements industriels à la place des infralogs ( EIA et EISE) a déterioré les relations avec les infrapôles notamment sur les organisations en lien avec la supplychain.

• La mauvaise gestion des stocks de fin de chantier travaux : les RLT n’ont pas le temps de terminer un chantier qu’ils sont redéployés sur un autre, d’où l’abandon de matière et le gaspi.

• Des « cimetières » existent dans toute la France et ce n’est pas acceptable,

• Pas assez de coordonnateurs supply chain ( un coordonnateur génère environ 2M€ de gains de matières par an, de quoi payer largement quelques postes supplémentaires !)

• Les coordonnateurs Supply chain doivent être présents dès le début des chantiers

• La CFDT cheminots a porté la dimension
RSE lors de la bilatérale qu’elle a tenu sur l’intéressement à la SA Réseau. La CFDT estime qu’un critère gestion des stocks et du bilan carbone de la SA serait tout à fait approprié et responsabilisant pour les agents de la SA Réseau.
• Les différents protagonistes de la SC ne separlent pas assez entre eux et ne connaissent pas suffisamment les problématiques et le fonctionnement de leurs interlocuteurs : il faut organiser des rencontres périodiques.

  • La supply chain doit être en amont du projet, au moment de la rédaction des cahiers des charges.
  • Nécessité d’intégration du sujet « Reversement » dans les prévisions d’un projet, pour éviter le phénomène actuel des reliquats matières à la fin d’un chantier
  • Les re-crédits suite aux reversements qui sont bien trop lents. Ça ne motive donc pas toutes les entités à jouer le jeu d’un process « Reverse » vertueux.LES CRAINTES CFDT:
  • La CFDT ne veut pas d’une gestion des stocks externalisée à Géopart.
  • Même si ce sujet est hors du périmètre Supplychain, la CFDT demande que la gestion des guichets matière et leur devenir fasse l’objet d’une communication transparente et concertée, par le biais d’une concertation spécifique de projets nationale, puis zonale.
  • LES RÉPONSES DE MICHEL GIORDANA :

    • Nous ne sommes pas en régime établi : il y a encore de très grosses marges de progression, le régime établi est attendu pour 2024,
    • Il faut industrialiser le processus des flux retours,
    • À terme, on ne pourra plus donner quitus sur un projet sans avoir entièrement traité le sujet matières,
    • La meilleure gestion et connaissance des flux et des stocks nous a permis de réinternaliser des charges en EIV,
    • La plateforme de Saint Dizier sera suffisamment dimensionnée, et on veillera au bon dimensionnement des effectifs,
    • Il faut une vision cible qui paye,
    • C’est au niveau des bases arrière que se définit les modalités de reprise des matières,
    • On assiste à l’émergence de nouveaux métiers de la supply, il faut donner une nouvelle dimension et de nouvelles perspectives aux agents dans ce domaine.

    CONTACT

    Eric Bonomi || EIV Saint Dizier || 06 95 49 06 00
    Fabrice Marc || Direction Supply Chain || 06 11 24 44 17
    Xavier Deneuville || Etablissement Industriel Atlantique || 06 27 51 72 42 Fabrice Chambelland || Secrétaire National || 06 27 70 45 58

Je télécharge le e-tract en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss