Nouvel’R #2

Posté par cfdt, le 23 mai 2019

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Nouvel’R saison 2 : les centraux sous-stations, rattachés aux EIC ?

Lors du lancement du projet Nouvel’R à Rotterdam, le président Jeantet avait annoncé le gel de tous les projets de réorganisation à l’Infra Maintenance & Travaux. Le temps de recaler quelques scripts et de redistribuer les rôles principaux et voici la saison 2 en exclusivité pour vous. En plus, des rumeurs de remise en route d’infralogs territoriaux…

Prologue

Des rumeurs de rattachement des CSS aux EIC naissent de manière éparse dans les régions au niveau des EALE.

Acte 1

La CFDT s’invite en DCI auprès de la direction de SNCF Réseau.

Acte 2

Le directeur général des opérations, Olivier Bancel, reçoit la CFDT et nie toute existence de projet.

Épilogue

Peut-on croire que ces rumeurs sont infondées ? Pour la CFDT, la prudence est de règle. Le relevé de conclusions tranchant l’absence d’un tel projet sera précieusement conservé.

La position de la direction lors de la DCI : pour ce qui concerne le rattachement éventuel des EALE à des EIC, aucun projet de ce type n’est à l’ordre du jour. Il faut plutôt travailler à l’amélioration des processus d’échange d’informations avec les EIC pour que les CSS intègre toujours mieux la dimension exploitation qui une spécificité forte de leur métier.

L’analyse de la CFDT

La CFDT note avec satisfaction qu’aucun projet de ce type n’est à l’ordre du jour, même si elle considère que les rumeurs sur ce point étaient parfaitement fondées. La CFDT rappelle également que la DCI a été posée à SNCF Réseau et non à la Direction générale des opérations. Elle note cette posture prise par le DGAOP, en espérant que la DG exploitation ferroviaire ait la même vision.

Elle entend sur ce point l’argument de la direction la logique Nouvel’R

  • Avoir des entités de prescriptions et des entités de réalisation.
  • Lorsqu’une décision implique plusieurs entités alors il y a arbitrage à l’échelon supérieur.
  • Néanmoins, la réflexion du positionnement des CSS se nourrit de la problématique et logique de supervision, et c’est à ce niveau également qu’il y a nécessité d’une convergence.

Il serait illusoire de croire que le rattachement des CSS à la circulation ferroviaire pratiqué à l’étranger serait extrapolable au modèle français… L’Allemagne a mis cinq ans pour passer de 25 à 5 centraux sous-stations. La CFDT rappelle que les préconisations du rapport Aubry de 2010 sont toujours valables, car quasiment rien n’a changé en ce qui concerne le schéma directeur des EALE.

Positionnement des EALE en Infralog territoriaux ou Infrapôle : position de la direction ? Dans ce cas, la territorialité étant responsabilisante, un rapprochement Infrapôle & Infralog peut être envisagé. Pour les autres moyens industriels qui sont habituellement utilisés sur plusieurs territoires, il faut se questionner sur leur positionnement afin d’optimiser leur utilisation – planification, pilotage, coûts de structure, gestion des compétences sont des facteurs à prendre en compte – ndlr. La réflexion n’est pas pareillement aboutie pour tous les métiers, notamment pour ceux dont on pressent des évolutions technologiques fortes. Cette vision est partagée avec les zones de production qui vont traduire cela en proposition d’organisation en prenant en compte la consistance de leur réseau, sa configuration, son état et la charge de travaux à réaliser dans les années prochaines. Cela conduit à penser que la réponse ne sera pas la même en zone diffuse et en zone dense. Il y a des endroits où la conjonction Infrapôle et Infralog fonctionne très bien par exemple et d’autres où la fusion d’établissements peut aussi être pertinente. La réflexion de logique industrielle est à construire territorialement. Il n’y a pas un schéma cible à déployer de manière systématique sur l’ensemble du territoire. De même, il n’y a pas un planning pour tous. Chacune zone conduit à son rythme les évolutions nécessaires en fonction de son niveau de maturité.

L’analyse de la CFDT

Pour la CFDT, il est indispensable de maintenir l’EALE intégré dans les infrapôles.

  • Suivi de la maintenance.
  • Planification.
  • Investissements.
  • Travaux.
  • Suivi de la production.
  • Moyens.

Laisser une marge de manœuvre aux directions zonales dans les positionnements des entités EALE, c’est prendre le risque d’écarts nationaux qui rendront difficile le pilotage national.

Je télécharge le e-tract en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss