Fret SNCF

Posté par cfdt, le 5 juin 2020

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Pour la CFDT, il y a urgence !

La situation de Fret est plus que préoccupante. Même si l’on nous parle d’un green deal, les mots et les promesses ne suffisent pas. Fret SNCF ne peut plus attendre ! Analyse.

Lors du CSE du 26 mai dernier, la situation économique de la SAS Fret a été longuement évoquée : sa recapitalisation de fin décembre 2019 à hauteur de 170 M€ ne suffira pas en trésorerie pour atteindre l’équilibre initialement prévu en 2021. La crise du Covid-19 laissera des traces et malgré une activité à 60 % et la mise en place de l’activité partielle, la SAS Fret risque de finir l’année 2020 avec moins 100 à 120 M€ de pertes.

Malgré le ralentissement imposé par la crise sanitaire, la SAS Fret continue de gagner des affaires 

Mais la concurrence est brutale, c’est la guerre des prix, ce qui a un impact sur la MOP. Le Covid a fait perdre 15 M€ par mois à la SAS. D’ici la fin de l’année 2020, l’impact sera certainement de – 20 % par rapport au nominal et probablement un impact de 10 à 20 % en 2021.

La SAS Fret a alerté l’État actionnaire pour avoir des compensations et demandé une relance du Fret ferroviaire

  • Aides liées à la crise sanitaire & économique et au rôle reconnu de Fret dans la chaîne logistique d’approvisionnement.
  • Des flux de denrées de première nécessité et de soutien à l’économie du pays.  
  • Aides pour soutenir le wagon isolé et aides à plus long terme pour soutenir le transport ferroviaire dans son ensemble (plan Marshall du Fret & Green Deal). 

La SAS Fret est partie prenante de la coalition des acteurs du secteur du fret ferroviaire via sa participation à l’association 4F. Elle a décidé de faire front commun pour peser sur l’élaboration
du plan de relance que le gouvernement doit préparer cette année.

Cette coalition relie les différents acteurs pour parler d’une seule voix. Ils l’ont appelée 4F pour fret ferroviaire français du futur : unis sous une même bannière pour participer et être proactif sur le plan de relance ferroviaire en France.

La CFDT Cheminots a interpellé le ministère des Transports 

Une réponse immédiate doit être donnée pour sauver le Fret. Comment accepter que cette activité essentielle sur laquelle le pays a pu compter en temps de crise se trouve dans une situation de survie ? Pour la CFDT Cheminots, il faut agir maintenant et sauver l’activité ! L’État doit dégager les obstacles qu’il a lui-même créés : avec la loi de 2018, c’est le gouvernement actuel qui a créé la SAS. Les choix de 2018 empêchent a priori de recapitaliser Fret. Pourtant, l’État jure qu’il va falloir relancer cette activité essentielle à la nation (conséquences de la crise, légitimité, etc.). Paradoxe ahurissant. Certains pays européens ont d’ores et déjà surpassé ces sujets et choisi d’investir dans le soutien des opérateurs de transport de marchandises. La CFDT est intervenue fortement auprès de l’État sur ce point.

Pour cela, il faudrait un plan de relance

Côté État, le discours est toujours le même : « c’est trop tôt », mais les impacts sur les emplois vont arriver rapidement. Il faut que l’État se prononce rapidement, d’autant que les annonces sur les autres secteurs fleurissent et ne sont pas forcément favorables au report modal vers le ferroviaire (plan filière automobile). Il est également urgent de réintégrer les sujets petites lignes et Réseau non seulement pour la survie du fret ferroviaire, mais pour son développement.

Beaucoup de clients sont au ralenti

 

 

La réponse de l’État français se fait attendre

Notre voisin allemand prend des mesures concrètes pour soutenir le fret ferroviaire

L’Allemagne alloue 102 millions d’euros au fret.

Le gouvernement fédéral alloue 30 millions d’euros par an jusqu’au 31 décembre 2024 pour rendre le secteur pérenne. Le programme fédéral intitulé Transport ferroviaire de fret de l’avenir est l’une des mesures immédiates du plan directeur pour le transport ferroviaire de fret en Allemagne.

Quel but ?

Le programme vise à soutenir financièrement les essais opérationnels et les lancements sur le marché de technologies innovantes dans les domaines de la numérisation, de l’automatisation et de la technologie des véhicules et faire passer davantage de fret de la route au rail et soutenir l’industrie dans cette crise par des investissements supplémentaires.

Que retenir du CSE du 26 mai ?

Le directeur nous a annoncé que « la SAS Fret a une trop grosse tête (…) nos structures sont trop compliquées et les frais trop élevés, d’environ 40 %, soit deux fois plus que nos concurrents ». Parallèlement, la SAS Fret anticiperait la vente de terrains. Pour la CFDT Cheminots, c’est une opération one shot. La SAS Fret réfléchit à des évolutions d’organisation pour retrouver des coûts compétitifs et la simplification de son fonctionnement pour alléger ses frais généraux. La fusion des directions Fret a constitué une étape, mais n’est pas suffisante. Questionnement de la CFDT Cheminots : quelle est la vraie stratégie du Groupe avec plusieurs filiales concurrentes ?

La SAS Fret ne lâche rien nous dit-on…

Mais elle répond aux mêmes appels d’offres avec un différentiel de coûts… quelle innovation pour faire la différence…

On attend toujours en France les déclinaisons possibles du green deal pour l’Europe. Celui-ci risque de n’être plus la priorité numéro un de la Commission européenne.

La lutte contre les ravages sanitaires et économiques de l’épidémie de Covid-19 risque de supplanter le green deal. Aujourd’hui, personne n’est capable de dire ce qu’il restera de cette ambition dans quelques mois, c’est pourquoi les prochaines semaines risquent d’être déterminantes.

Le pacte vert pour l’Europe devait rendre l’économie de l’UE durable

Pour réaliser cet objectif en transformant les défis climatiques et environnementaux dans tous les domaines d’action et en garantissant une transition juste et inclusive pour tous. L’objectif est de rendre l’UE climatiquement neutre en 2050. Pour y parvenir, celle-ci devrait proposer une législation sur le climat qui traduirait cet engagement politique en une obligation juridique et suscitera de nouveaux investissements.

Tous les secteurs de l’économie devront passer à l’action

  • investir dans des technologies respectueuses de l’environnement ;
  • soutenir l’innovation dans l’industrie ;
  • déployer des moyens de transport privé et public plus propres, plus abordables et plus sains ;
  • décarboner le secteur de l’énergie ;
  • améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments ;
  • travailler avec des partenaires internationaux pour améliorer les normes environnementales mondiales.

Le programme de travail revisité que l’exécutif communautaire doit publier prochainement, pour tenir compte justement des méfaits du coronavirus, constituera un premier test grandeur nature. Mais il est déjà acquis que le green deal ne sortira pas indemne de cet exercice.

Pour la CFDT, il est urgent que la France s’engage dans la transition écologique par des moyens de transport propres et sur l’instauration d’une taxe carbone !

Je télécharge le quatre pages en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss