RESPONSABLES EQUIPES TRAINS :

Posté par cfdt, le 29 janvier 2014

Les RET, Dirigeants de Proximité, se situent à la charnière entre leur équipe et la Direction. Ils se sentent souvent peu soutenus par leurs dirigeants et souvent incompris par les ASCT de leur équipe. On leur demande d’être à la fois manager et technicien.

 

L’étendue géographique de leurs chantiers, la mobilité et les horaires décalés de leurs collaborateurs, les effectifs variables et trop importants rendent leurs missions de proximité plus complexes.

 

Ils souffrent également de la multiplicité des outils (applications informatiques) ou inversement du manque de moyens techniques, logistiques ou humains.

 

Malgré les discours affichés par la direction, l’autonomie et la prise de décision des RET sont trop souvent remises en cause par les DUO ou DET.

 

A ces sentiments s’ajoute un sérieux manque de moyens humains, techniques et /ou logistiques ne permettant pas la valorisation des ASCT.

 

La CFDT dénonce la théorie du « mille feuilles » qui consiste à superposer des tâches supplémentaires sans jamais supprimer les missions parasites ou obsolètes: « reporting » redondant, utilisation comme agent de réserve…

 

Cette situation ne facilite pas la déclinaison de la politique de l’entreprise auprès des salariés dont les RET ont la responsabilité.

 

S’installe alors un climat de suspicion, voire de défiance, et des attitudes de part et d’autre qui manquent de diplomatie. Le climat est peu propice à la dynamique d’un collectif de travail.

 

Les jeunes RET se sentent peu récompensés. Leur rémunération est bien souvent inférieure à celle de leurs agents, et cela malgré une charge de travail en constante augmentation.

 

Ils sont pourtant directement touchés par l’arrivée de nouvelles missions ou suivis, mais aussi par un plus grand nombre d’ASCT à gérer, du fait de la réduction du nombre de RET ces dernières années.

 

L’influence sur la notation de leurs agents devient de plus en plus réduite au fil des années, au bénéfice des DUO, voire du DET.

 

Le management par objectifs, souvent irréalistes et fixés arbitrairement, provoque des conflits aux différents niveaux hiérarchiques.

 

La « rénovation managériale » passe avant tout par la ré-humanisation des relations sociales.

encadrer autrement

La CFDT réclame :

  •     Un effectif d’ ASCT par RET mieux adapté, en fonction de l’activité, du produit, sans dépasser la cible de 20 ASCT par RET.
  •     La revalorisation de la prime de travail code 25 et le déplafonnement de ce code prime dont le montant est identique pour les agents à partir de la PR 18.
  •     L’obtention d’une allocation ou d’une indemnité « sujétion de déplacement mensuelle » équivalent à 4 RHR.
  •     Le paiement systématique des heures supplémentaires
  •     L’obtention de la prime de saisie pour tous les personnels d’encadrement.
  •     Une réelle prise en compte de leurs prérogatives dans la notation et le management de leur équipe.
  •     L’allègement des tâches « bureaucratiques et parasitaires » (réunions, forums…) pour les RET, afin qu’ils puissent concentrer leur action au plus près du terrain et de leurs agents. En ce sens, la CFDT s’oppose à toute tentative de remplacement par des CBORM pour pallier au manque de RET.
  •     L’adaptation de l’ergonomie et de l’environnement du poste de travail pour assurer la confidentialité des échanges avec les ASCT et améliorer la Qualité de Vie au Travail des RET.
  •     L’allègement des items repris dans les PDVI
  •     La création d’un véritable corpus formation pour les RET sur la base de celui donné aux ASCT (sécurité, sûreté, matériel, avec en plus un module management……) afin d’acquérir la technicité et l’expérience du métier.
  •     La transition d’un suivi quantitatif vers un suivi qualitatif dans les PDVI
  •     Plus d’autonomie pour les RET

La CFDT constate

que les restructurations permanentes et successives, et le manque de visibilité sur la politique de l’entreprise ont pour conséquences pour le dirigeant, un discrédit de sa responsabilité managériale, et à titre individuel, l’impossibilité de se projeter dans un avenir immédiat.

La CFDT dénonce

l’utilisation abusive du « management par objectifs » qui tend à simplifier et réduire la qualité de service rendu.

reporting

 Downloads Folder

 

Print Friendly
Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss