POUR LA DÉFENSE DE NOS CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE NOS EMPLOIS !

Posté par cheminots cfdt, le 7 octobre 2015

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

FS sur RP, pauses dans les EV et sur les triages, JS à rallonges, l’argument «c’est un aléas» dégainé à chaque occasion, pressions managériales en tout genre, fermetures d’agences et suppressions de postes, appels téléphoniques auprès de certains hôtels pour savoir si les salariés en RHR sont bien présents sur place… Tel est malheureusement le quotidien des salariés. Malgré les nombreuses alertes de la CFDT sur ces sujets, la Direction continue
de faire la sourde oreille. Elle va même jusqu’à jouer la carte de la provocation en proposant aux Organisations Syndicales d’encadrer les RP doubles au même titre que les RP simples, à condition de revenir partiellement sur la notion de volontariat qui s’applique aux décalages de services.

SOUS COUVERT DE SAUVER L’ENTREPRISE, NOUS DEVRIONS TOUT ACCEPTER !

Trop, c’est trop ! Une entreprise qui ambitionne de devenir Top Employeur (DB 2020) mais qui refuse de respecter ne serait-ce que les RP de ses salariés, ne doit pas chercher bien loin les réponses à ses problèmes. Les salariés revendiquent légitimement le droit d’avoir une vie privée, le droit de travailler sereinement.
Il appartient à la Direction d’organiser le travail pour le leur permettre.
Les mauvaises conditions de travail génèrent des accidents de travail et des maladies professionnelles.
De bonnes conditions de travail permettent de bonnes conditions d’hygiène et de sécurité.
L’employeur est tenu d’une obligation de sécurité et de résultat. Le manquement à cette obligation a le caractère d’une faute inexcusable.

DES PLANS SUCCESSIFS MAIS SANS RÉSULTAT !

Le nouveau plan Opérationnel (NPO) prévoit 16 M€ d’économies par an dont 9 M€ pour la productivité des locomotives, 4,5 M€ de productivité sur les JS et 2,5 M€ de réduction des coûts de fonctionnement.
La CFDT rappelle qu’elle ne croit pas à ce plan de restructuration et aux économies sur le personnel qui sont censées en découler.
En effet, comment peut-on justifier la fermeture de certaines agences en pointant du doigt l’inadéquation de la localisation de certaines d’entre elles et en affirmant par exemple que l’acheminement d’un train de Forbach à Irun nécessite 5 JS et que ce énième plan permettra demain de le réaliser en 4 JS ? Carrément hallucinatoire quand on sait qu’un Forbach/Irun nécessite aujourd’hui 3 JS…

IL EST URGENT DE CHANGER DE CAP.
Arrêtons de nous voiler la face et de faire semblant de trouver des solutions miracles pour atteindre les objectifs fixés par de nouveaux budgets tous plus fous les uns que les autres. Il faut développer un management responsable et respectueux des salariés à tous les niveaux. Il faut (re)motiver les salariés en arrêtant d’interpréter les textes afin de leur donner à nouveau l’envie de s’investir. Il faut (re) doubler les efforts pour « fliquer » la disponibilité des machines et non celle des hommes. Il faut développer l’investissement sur le parc roulant afin de développer la productivité de chaque locomotive. Il faut freiner les départs des salariés, préserver les effectifs sur le terrain et profiter de l’expérience de chacun afin d’accroître notre
compétitivité.

ARRÊTONS DE NOUS VOILER LA FACE ET DE FAIRE SEMBLANT DE TROUVER DES SOLUTIONS MIRACLES POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS FIXÉS PAR DE NOUVEAUX BUDGETS TOUS PLUS FOUS LES UNS QUE LES AUTRES.

LA DIRECTION S’ENTÊTE DANS LA MÊME DIRECTION !
MAIS LA PATIENCE DES SALARIÉS A SES LIMITES, CELLE DE LA CFDT ET DE FGAAC-CFDT AUSSI !

A trois mois maintenant de la fermeture annoncée des premières agences (Achères, Strasbourg, Marseille et Culoz), et au regard de l’ampleur de l’inquiétude que ce NPO génère auprès de toutes et de tous, nous demandons à la Direction d’être transparente avec les salariés concernés dans les plus brefs délais. Les salariés qui par leur travail, leurs investissements et leurs sacrifices ont contribué à construire ECR ne doivent pas être oubliés.
Pour la CFDT, il est bien entendu hors de question d’abandonner sur le bord des voies les personnes qui ne pourront accepter de mutations.

Contrairement à ce qui s’est passé lors de la centralisation des services de planification des régions à Paris (La CFDT n’a pas signé l’accord d’accompagnement social sur la centralisation), nous voulons d’abord discuter pour ceux qui ne désirent pas, pour des raisons personnelles, suivre le mouvement. A moins que notre Direction ne se décide enfin à mettre les bons chiffres dans les bonnes cases,afin d’inciter largement les salariés
à un peu plus de mobilité géographique, mais aussi si une reconnaissance financière est amplement envisagée.
Dans ce cadre bien défi ni, la CFDT négociera une mobilité qui sera liée uniquement au NPO.

A MOINS QUE NOTRE DIRECTION NE SE DÉCIDE ENFIN À METTRE LES BONS CHIFFRES DANS LES BONNES CASES!

AUX GRANDS MAUX LES GRANDS REMÈDES !

Face à notre réorganisation permanente et à la détérioration continue des conditions de travail, il est temps pour la Direction de prendre ses responsabilités et de regarder la réalité en face, sans quoi elle devra se préparer à entendre le mécontentement des salariés.

Nous demandons au Comité de Direction de donner sans reprendre. De réfléchir avant d’agir. De respecter avant de déroger.
SI LA DIRECTION CONTINUE À SE FOCALISER SUR LES SEULS OBJECTIFS, NOUS NE RESTERONS PAS PASSIFS.

LE MÉCONTENTEMENT MONTE FORTEMENT, ÉVITONS L’AFFRONTEMENT. SANS ENGAGEMENTS CONCRETS,
LA GROGNE SERA DE NOUVEAU CHRONIQUE ET COLLECTIVE.

Télécharger le pdf

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss