La CFDT fait revenir la direction à la table des négociations

Posté par cheminots cfdt, le 30 janvier 2017

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Fin février, un accord sera soumis à signature

Le référentiel forfait jour laissait l’encadrement à la merci d’une décision unilatérale de la direction. La CFDT Cheminots l’a dit à maintes reprises, elle ne peut accepter une situation qui sacrifie l’encadrement. La reprise des négociations était donc impérative, la CFDT l’a exigée et a été entendue. Lors du CCGPF du 25 janvier, la direction a finalement annoncé que les discussions allaient reprendre.

Pendant que certains jouent l’agitation, la CFDT obtient

L’enjeu du dispositif forfait jour est d’obtenir des garanties quant aux dysfonctionnements rencontrés par les agents soumis au titre III.

issu de l’accord de 1999, le titre III s’est structuré dans un contexte où la situation de l’emploi était plus favorable. Celle-ci s’est dégradée depuis, entraînant une augmentation de la charge de travail qui n’est aujourd’hui plus acceptable pour ces agents.
Qu’a fait l’UNSA, première organisation syndicale de l’encadrement, pour enrayer les dérives ? Rien Elle n’a pas été en capacité d’imposer ses revendications au travers d’un accord. Pire, aujourd’hui, cette organisation s’agite en jouant l’opposition à un système dont elle connaissait les règles : sa signature de la convention collective en atteste.
Négocier et gagner avec la CFDT
La reprise des négociations va permettre à la CFDT d’imposer ses revendications, notamment des compensations en temps pour les agents qui opteraient pour le forfait jour.
Certaines organisations syndicales se contentent de réclamer de l’argent. Partir de ce principe revient à accepter que la situation de l’encadrement est inéluctable et que, puisque rien ne peut être fait, mieux vaut accepter ce qui est le plus simple à donner : de l’argent, aussi aigre et grêle soit-il.
Pour la CFDT Cheminots, il est nécessaire de préserver l’équilibre vie professionnelle / vie privée. Trop souvent, les cadres sont contraints de sacrifier leur vie personnelle pour assurer leur charge conséquente de travail. Il faut donc se concentrer sur la compensation en temps. Nous ne sommes pas dans l’utopie en portant cette revendication, nous maintenons une demande juste et protectrice pour les agents. Celle ci demeure la seule garantie d’un équilibre personnel et le seul pilier pour le partage du travail et la création d’emplois.
La négociation doit donc avancer sur la base d’un projet d’accord dans le cadre d’une table ronde.
Les cheminotes et cheminots pourront ainsi faire le comparatif entre une mauvaise décision unilatérale et un accord qui prendra réellement en compte leurs attentes.

Télécharger le pdf

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss