Dans vos régions
map

Trouvez un correspondant CFDT dans votre région :
Cliquez-ici

La CFDT dénonce les difficultés rencontrées par les ASCT

Posté par cfdt, le 6 août 2014

La CFDT a rencontré la nouvelle Directrice des trains, pour réaffirmer ses revendications, et rappeler ses inquiétudes face au climat délétère qui règne dans les ECT.

La CFDT dénonce les difficultés rencontrées par les ASCT au quotidien. Problèmes de contrairement, refus de congés,
manque de personnel, notations au rabais, dégradation des conditions de travail, situation des ex krust, utilisation à
outrance du RH077 sont autant d’irritants qui, n’ayant jamais trouvé d’issue favorable, génèrent une situation globale de mal-être.

LA CFDT REVENDIQUE :

Salaire et rémunération

Lors de la négociation de l’accord salarial 2014, la CFDT a obtenu la PR19 pour les agents à D2 dès le prochain
exercice de notations.
• La revalorisation de la prime pour journée simple (obtenue par la CFDT) ainsi que la revalorisation de l’indemnité
Transilien
• La CFDT n’est pas favorable à la rémunération « au mérite ». Elle défend le « vrai salaire », celui qui est liquidable, soumis aux cotisations sociales, qui protège et pérennise nos systèmes de protection sociale et de retraite. La CFDT revendique le maintien d’un haut niveau de la part collective dans l’attribution de « LA Prime ». Par sa signature la CFDT a obtenu le doublement de l’enveloppe globale pour le versement 2015.
• L’extension de la «Prime de réserve » obtenue par la CFDT à l’ensemble des agents effectuant des journées FAC ou dispo, au prorata des journées effectuées.

Politique de l’emploi en ECT

La CFDT revendique une véritable Gestion Prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC). L’entreprise doit s’engager sur une véritable Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences à 3 ans minimum qui doit permettre
aux ASCT :
D’anticiper leur avenir professionnel pour développer de nouvelles compétences,
De rester maître et d’obtenir les moyens d’enrichir leur parcours professionnel afin de s’adapter aux évolutions de l’entreprise,
De bénéficier d’un déroulement de carrière digne de leur fonction.
• La gestion de l’emploi ne relevant plus de la DDT, nos nouveaux interlocuteurs en la matière seront directement les activités. La CFDT refuse la politique de rentabilité qui détermine la gestion de l’emploi uniquement en fonction de la
productivité.

La CFDT a réaffirmé son opposition à l’extension et à la généralisation de l’EAS au détriment de la charge de travail et du métier d’ASCT.

Parcours professionnels sécurisés et qualifiants
• Ce dossier porté par la CFDT depuis 7 ans nous laisse sur notre faim !
• La DDT fuit ses responsabilités et se décharge sur les Etablissements. Une fois de plus, en fonction de sa région d’emploi, de la présence de telle ou telle activité, le parcours professionnel (donc la rémunération, les compétences et les aptitudes professionnelles) d’un ASCT sera bien différent s’il habite Vesoul ou Marseille ! Quid des ASCT dont les établissements ne proposent que l’activité Proximité/ Transilien ?
• La CFDT souhaite que les entrées dans le métier se fassent sur l’activité Proximité, la Direction reste frileuse sur ce point : « cela reste un principe, en aucun cas une garantie ».
• Dès l’automne un groupe de travail national conclusif définira le parcours pro des ASCT. La CFDT oeuvrera pour offrir aux ASCT un véritable déroulement de carrière.

NOTATIONS :

La CFDT a obtenu la mise en place de réunions, en amont du prochain exercice de notations, afin d’établir un diagnostic précis de la démographie des ASCT en matière de qualification dans les ECT qui ont perdu beaucoup de charge.
• La CFDT revendique la revalorisation de la prime de travail des ASCT. Depuis les accords Belin, qui datent de 1996, 200 Francs avaient été intégrés à la prime de travail sous forme de forfait. En lien avec la réduction des risques d’agression, l’actuel forfait de 30€ nous semble sous évalué. (A noter que la prime de travail est liquidable pour la
retraite).

EFFECTIF :

La CFDT constate que l’effectif global disponible au CP sur l’ensemble du réseau commercial train, entre 2013 et 2014,
est une fois de plus en baisse d’environ 300 cheminots. L’examen de la GPE de chaque Etablissement sera fait en
fonction de la charge à couvrir. Le nombre actuel d’ASCT n’est pas en capacité de garantir à minima la robustesse
de la charge.

La baisse de charge est un constat bien réel, la CFDT demande que l’impact de baisse de charges soit réparti de manière plus équitable entre les Etablissements.

Dans le cadre de la négociation de la future convention collective, l’opportunité est donnée à la CFDT de remettre sur la table :
• Le temps d’acheminement des ASCT de leur lieu de fin de service à leur lieu de RHR doit être intégré à l’amplitude (V.O. 178).
• Un véritable débat sur le temps et la qualité du sommeil des ASCT.
• L’obtention d’un temps alloué spécifique pour changer de tenue (professionnelle/ civile) en début et fin de service (conformément à loi Aubry II).
• L’ouverture d’un débat sur la possibilité d’une CPA à 36 mois.
• L’obtention de la carte première classe au même titre que les ADC.

Downloads Folder

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss