EuroCargoRail : Chronique d’une grève annoncée !

Posté par cheminots cfdt, le 10 février 2016

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Alors que les remontées du terrain sont de plus en plus inquiétantes, après la fermeture de dizaines d’agences, la Direction poursuit sa politique de réduction des coûts en se lançant tête baissée dans un programme entièrement focalisé sur l’optimisation des ressources, connu sous le nom de Lean Management.

Le Lean Management ? Mais qu’est ce que c’est ?
C’est un système de production, inspiré des usines Toyota, qui consiste à augmenter les cadences, à faire la guerre au gaspillage et au temps perdu, à dégraisser pour réduire les coûts au maximum et obtenir des gains de productivité toujours plus importants. En résumé, faire plus avec moins ! Pour y parvenir, on compte notamment sur des managers de proximité à qui l’on demande de plus en plus de faire passer la pilule.
Tous les services sont concernés par cette course folle. Chaque salarié a d’ailleurs sûrement pu le constater dans son travail au quotidien.
Sur le court terme, nul doute que cette méthode va générer des résultats. Mais pendant combien de temps et surtout à quel prix?

Pour la CFDT, il est grand temps pour notre entreprise de s’inscrire dans une logique d’amélioration à long terme plutôt que de reproduire encore et toujours les erreurs du passé élaborées par des managers narcissiques dont la seule préoccupation n’a été que leurs intérêts personnels et la volonté de laisser leurs empreintes.

Ces politiques menées dans l’urgence ne marchent pas.

On en a la preuve aujourd’hui.
Alors que les salariés d’ECR ont le sentiment de vivre quotidiennement dans une sorte de réorganisation permanente;
alors qu’ils sont assommés par des cadences de travail insupportables; a-t-on seulement pris le temps de mesurer les effets qu’allait avoir sur eux un système connu pour être générateur de Risques Psycho Sociaux? A-t-on cherché à associer les IRP à cette nouvelle organisation dans un contexte social déjà bien difficile? Pour la CFDT, on ne peut pas toujours demander plus de flexibilité aux salariés, les pressuriser et les précariser au seul profit de l’entreprise.
Le faire, c’est prendre le risque de s’exposer à leur mécontentement. Le faire,c’est finalement ne rien comprendre à ce qu’est réellement une entreprise dont la santé repose sur l’équilibre d’un trio: la recherche de gains, la satisfaction client et le bien-être des salariés.

Aujourd’hui, chez Euro Cargo Rail, nous sommes arrivés à un point de rupture.

Face à un ras-le-bol général qui ne demande qu’à se faire entendre ; face à l’irresponsabilité, mais aussi au mépris dont fait preuve la Direction envers des salariés en souffrance; la CFDT CHEMINOTS et son Syndicat National des conducteurs de train la FGAAC-CFDT, vont appeler à la GRÈVE NATIONALE.

Une GRÈVE demandée par ses adhérents, par ses sympathisants et par l’ensemble des salariés de notre entreprise, dans l’unique but de défendre
leurs emplois, leurs droits, le respect de leur personne, mais avant tout leur volonté de concilier en toute tranquillité, vie privée et vie professionnelle.
La CFDT veut simplement de l’humanisme au sein de notre entreprise et de la considération pour les salariés. Ces valeurs que nos dirigeants ne connaissent pas !

La CFDT a prévenu et a tout fait pour

privilégier le vrai dialogue social.

Il est difficile de savoir terminer une grève même lorsque s’ouvre le temps de la discussion, il est bien plus facile de ne jamais la commencer dès lors que nous avons été entendus et respectés.
Le dialogue social, un gros mot pour la Direction ECR qui n’en a que faire et n’en a pas voulu.
Elle devra donc en assumer seule l’entière responsabilité, y compris devant les actionnaires, pour la perte financière occasionnée et pour la mauvaise publicité engendrée.
Nos Dirigeants ECR ont créé un climat très tendu et doivent savoir que nous ne céderons pas aux chants des sirènes. Nous voulons des paroles, mais surtout des actes. La Direction connaît nos revendications exposées à maintes reprises!

Enfin, la CFDT CHEMINOTS et la FGAAC-CFDT ne peuvent pas constamment jouer les pompiers de service auprès de l’ensemble des salariés.
Nous ne pourrons être tenus responsables des éventuels troubles, débordements et dégradations qui risqueraient de se produire lors de ce conflit qui
s’annonce très difficile.

Le ras-le-bol des salariés a atteint aujourd’hui encore plus qu’hier son paroxysme !

 

Télécharger le pdf

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss