Communiqué de presse

Posté par cfdt, le 29 juillet 2020

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Fret ferroviaire

Les premiers pas d’un plan de relance

Les annonces faites par le Premier ministre sur le fret ferroviaire lors de sa visite sur le site de transport combiné de Valenton portent sur plusieurs points essentiels. Pour la CFDT Cheminots, ce plan de relance doit s’amplifier et assurer la sauvegarde des emplois des cheminots.

Quelles annonces  ?

  • L’annulation des péages que doivent payer les entreprises de fret ferroviaire sur la période de juillet à décembre 2020 (financement à hauteur de 63 M€ pour toutes les entreprises de fret ferroviaire).
  • La division par deux des tarifs des péages fret à partir de 2021 (l’État prendra en charge à partir du 1er janvier 2021 70 % du coût des péages facturés aux entreprises, à hauteur de 63 M€ pour 2021).
  • Le lancement d’un appel à projets pour la création de nouvelles autoroutes ferroviaires : Bayonne-Cherbourg, Sète-Calais, mais aussi le Perpignan-Rungis élargi en un Barcelone-Perpignan-Rungis-Anvers.
  • Une aide au démarrage de 35 M€ par an.

La position de la CFDT Cheminots

Au vu des annonces du gouvernement dites « d’urgence du ferroviaire », la CFDT Cheminots accueille favorablement la volonté du gouvernement de soutenir cette activité. Pour rappel, la CFDT revendique depuis le début de la crise la nécessité d’un plan de sauvegarde, plus immédiat encore que la relance du
fret ferroviaire.

Ces mesures doivent être amplifiées et complétées

La CFDT Cheminots appelle à un vrai plan de relance pour le fret ferroviaire, la SAS Fret et les opérateurs de la branche ferroviaire. Pour la CFDT Cheminots, plusieurs axes doivent être traités. Tout d’abord, l’orientation politique et fiscale, qui doit acter le transfert modal vers le rail. Il est urgent que l’État français – comme l’ont fait nos voisins européens – mette en place une réelle politique écologique en s’orientant davantage vers le fret ferroviaire. Ensuite, la question de l’infrastructure ferroviaire doit être traitée. La relance du fret ferroviaire ne peut réussir que si le réseau ferroviaire offre la capacité suffisante aux circulations de marchandises. Des investissements importants sur les triages, les voies de service, le contournement des grandes agglomérations, etc. doivent être lancés.

Et après ?

Ce plan de relance doit prendre en compte une reprise complémentaire de la dette générée par le Covid-19 et un financement fléché et pérenne vers le wagon isolé. Ce modèle a montré toute sa pertinence durant la crise. Lors de sa visite, le Premier ministre a précisé qu’un budget serait alloué à la restructuration de la gestion, à la modernisation et à l’amélioration de la compétitivité. Celui-ci sera rendu public lors des annonces concernant le plan de relance. La CFDT Cheminots attend ces annonces indispensables à la survie du fret ferroviaire, mais cette amélioration de la compétitivité ne doit pas se faire au détriment des emplois. 

Le ferroviaire est une solution d’avenir

Pour la construire, il est indispensable de préserver aujourd’hui les emplois et les compétences des cheminots !

Je télécharge le communiqué de presse en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss