Communiqué de presse

Posté par cfdt, le 9 octobre 2019

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

SNCF 2018 : la CFDT dénonce un bilan qui fait mal au social

Diminution d’emploi et augmentation des départs, voici ce que le bilan présenté au Comité central du Groupe public ferroviaire fait apparaître. C’est une vérité douloureuse qui est mise au grand jour : avec plus de 3 560 postes supprimés, la SNCF a réalisé l’un de ses meilleurs scores en matière de… réductions.

Ce résultat est alarmant à triple titre :

#1 L’activité du Groupe public ferroviaire augmente, mais les cheminots qui la réalisent en assurant une sécurité de tout instant diminuent en nombre.

#2 Les embauches diminuent et ne compensent pas les départs.

#3 Les cheminots sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter la SNCF, avec 1 025 démissions et 283 ruptures conventionnelles en 2018.

Ces chiffres prouvent la réalité des inquiétudes et colères. Ils concrétisent les renseignements obtenus lors des enquêtes menées auprès des cheminots.

La CFDT le dit depuis longtemps : avec l’absence de perspectives, la perte de sens dans le travail et les réorganisations multiples, les cheminots choisissent de partir et avec eux, leurs compétences.

Jamais dans l’histoire de la SNCF l’entreprise n’avait connu de démissions en si grand nombre. Selon la CFDT Cheminots, la grande fidélisation de son personnel statutaire et contractuel a toujours été la force essentielle du service public ferroviaire.

Si l’adaptation aux besoins et demandes de transport par les voyageurs, les chargeurs et les collectivités publiques est une impérieuse nécessité, elle ne sera pas possible sans un vrai grand projet d’entreprise publique axé sur une véritable dynamique salariale et sociale. La CFDT dénonce un « social absent » des préoccupations réelles d’une direction SNCF dans l’errance de sa gouvernance depuis 2016. Le futur président du Groupe ferroviaire s’est déjà exprimé sur la nécessité de développer la compétitivité de la SNCF. Il devra aussi disposer des moyens nécessaires à cette transformation en concrétisant un dialogue social largement rénové par une politique contractuelle réelle. La CFDT poursuivra son action incessante pour revendiquer la préservation des droits actuels, la conquête de nouveaux progrès assurant perspective de carrière, évolution salariale et lutte contre les risques psychosociaux pour tous les salariés statutaires et contractuels. Il est temps de remettre du « social » dans un « bilan social » qui ressemble à la faillite d’une politique RH qui ignore trop souvent les cheminots.

Je télécharge le communiqué en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss