Communiqué de presse

Posté par cfdt, le 3 septembre 2019

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Qualité de l’air dans les gares souterraines

La SNCF n’est pas en mesure de communiquer les taux de pollution à ce jour

Aujourd’hui, un décret limite la pollution aux particules fines en suspension (PM10) à 50 µg / m3 en moyenne journalière, à ne pas dépasser plus de 35 jours par an ! Cette valeur dans les souterrains ferroviaires SNCF peut atteindre 250 µg / m3, soit quatre à cinq fois plus que la normale. La CFDT Cheminots tire le signal d’alarme et demande à la SNCF de présenter aux salariés et aux voyageurs les vrais chiffres !

Un rapport récent de la SNCF présente des chiffres erronés. Il est à rappeler qu’en France, cette pollution aux particules fines est responsable de 46 000 décès chaque année. Aucune mesure prise par la SNCF envers l’ensemble du personnel, y compris celui issu des entreprises extérieures. Le dépassement de la valeur-guide de qualité d’air intérieur (VGAI) constitue un risque pour les agents et les voyageurs. La CFDT Cheminots dénonce l’absence de mesures prises pour les agents commerciaux à la réouverture des gares souterraines d’Haussman Saint-Lazare et de Magenta. Salariés et voyageurs, ils prennent tous des risques chaque jour : infarctus, AVC, asthme, cancer, etc. En l’état actuel, la SNCF n’est pas en mesure de communiquer les chiffres réels, alors que cela est une obligation légale du transporteur ferroviaire envers ses salariés, collaborateurs et usagers.

Je télécharge le communiqué de presse en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss