Communiqué de presse

Posté par cfdt, le 15 mai 2019

LOGO_AVIS1-300x257

S'il vous plaît patienter ...

Alerte sur la situation sociale à la SNCF

La CFDT propose des solutions, la direction refuse de s’engager

Le Groupe public ferroviaire s’apprête à connaître des bouleversements de structures, de gouvernance et de modes de fonctionnement imposés par la loi du 27 juin 2018. Décrétées sur la base du cheminots bashing, ces transformations historiques n’ont pas trouvé de sens aux yeux du corps social cheminot qui s’était largement mobilisé contre ce nouveau pacte ferroviaire. 90 % des cheminots ont fait au moins un jour de grève au printemps 2018.

Absence de sens, réorganisations permanentes, salariés en souffrance et en surcharge de travail, réductions d’effectifs, management qui doit assumer des évolutions dont le sens n’est pas donné ou n’est pas déontologiquement acceptable : la situation sociale est alarmante.

La direction du Groupe public le sait, car elle avait elle-même identifié dans sa cartographie des risques le décrochage de l’engagement des collaborateurs. Aujourd’hui, le corps social cheminots est confronté à des situations dramatiques. Des cheminots épuisés ne trouvent plus d’issues à des situations inextricables, au prix de risques sur leur santé. Ces drames affectent la communauté cheminote et sont facteurs d’une grande inquiétude pour l’avenir.

L’absence d’une réponse est irresponsable et inacceptable. La CFDT a tiré l’alarme sociale et a solennellement interpellé la direction de la SNCF. Dans un courrier (bit.ly/2E1Yc4f), la CFDT Cheminots a posé quatre actions à enclencher immédiatement. L’objectif est simple : redonner du sens, apporter des assurances aux cheminotes et cheminots et construire l’avenir.

La réponse de la direction adressée à la CFDT (bit.ly/2LKJCon) n’est pas à la hauteur. L’engagement n’est pas au rendez-vous.

En refusant d’arrêter des mesures pour apporter des réponses immédiates aux agents, la SNCF reconnaît qu’elle est sans solution. En prétendant qu’il n’est pas possible de donner de la visibilité puisque les décisions appartiendront aux futurs organes du Groupe et à la nouvelle équipe de direction, les deux présidents de la SNCF signifient aux cheminots qu’il n’y a plus de capitaine à la barre jusqu’à la fin de l’année.

Les seuls dispositifs demandés par la CFDT et retenus par la SNCF portent sur une analyse des risques et la possibilité de négocier des accords de méthode. Une telle déclaration d’intention ne garantit nullement la mise en place effective de ces mesures. La CFDT sera particulièrement vigilante sur les conditions d’application de ces engagements.

Entre un gouvernement qui impose dans la précipitation une réforme mal préparée, mal déployée et non acceptée et une direction de la SNCF qui ne s’engage pas et se prétend impuissante pour répondre au malaise profond des cheminots, la CFDT exige des mesures de protection du personnel applicables immédiatement.

La CFDT sera aux côtés des cheminots dans cette période difficile pour les protéger et donner un avenir au ferroviaire.

Je télécharge le communiqué de presse en cliquant ici

Print Friendly

Contact | Plan du site | Mentions légales | Crédits | Flux rss